OPHTABUS

La Dégénérescence Maculaire Liée à l’âge (DMLA)

La DMLA est une pathologie liée à un vieillissement prématuré de la zone centrale de la rétine, appelée macula.
Cette maladie n’affecte pas la zone périphérique de la rétine.
On distingue deux formes cliniques de la maladie : la DMLA dite “sèche”, ou atrophique, la DMLA dite “humide”, ou exsudative.

A l’origine de la DMLA : LA MLA 

La MLA, ou Maculopathie Liée à l’Âge, est la forme précoce de la DMLA. Elle est caractérisée par la présence de dépôts blanchâtres appelés DRUSEN dès l’âge de 45/50 ans. A ce stade précoce, aucun symptôme n’est ressenti. Pourtant la maladie est installée, elle évolue lentement, sournoisement pendant de nombreuses années 5 ans, 10 ans voire plus.

Quels sont les signes de la DMLA ? 

On constate en premier lieu une diminution de l’acuité visuelle, qui peut se manifester par un besoin accru d’éclairage pour lire. Puis apparaît la sensation d’une tâche au centre de l’œil. 

Quelles sont les causes de la DMLA ? 

Les causes de la DMLA sont nombreuses et toutes ne sont pas connues :

  • des facteurs environnementaux, dont au premier rang le tabac : chez les fumeurs le risque de développer la maladie est multiplié par 6,
  • une prédisposition génétique en présence d’antécédents familiaux : le risque est alors au moins multiplié par 4 ; les premiers gènes responsables de la DMLA viennent d’être identifiés.

La DMLA sèche

Qu’est ce que la DMLA sèche ?

La DMLA sèche, également appelée DMLA atrophique, correspond à un amincissement anormal de la macula,

une petite zone de la rétine située au fond de l’œil, près du nerf optique. Ce phénomène provoque une altération lente et progressive de la vision centrale, sans toutefois impacter la vision périphérique.
La DMLA humide, a contrario, correspond à un épaississement de la rétine, causée par le développement de néo-vaisseaux anormaux dans la macula, créant un oedème.

Dans tous les cas, ces pathologies sont dépistées trop tardivement.

La DMLA évolue lentement, sournoisement, et lorsque les personnes ressentent une gêne, il peut se passer 5 à 10 ans entre l’apparition des premiers Drüsens pour la DMLA sèche – 2 à 3 ans pour la DMLA dite « humide » – et la gêne ressentie, c’est pourquoi on considère que la DMLA touche particulièrement les personnes âgées de plus de 50 ans. En réalité, la DMLA n’est pas une pathologie des personnes de plus de 50 ans, mais elle le devient par manque de dépistage précoce. C’est pourquoi, il est très important d’entrer dans le circuit des soins ophtalmologiques même si les délais sont très longs pour obtenir un rendez-vous.

Les traitements de la DMLA

La DMLA : un problème majeur de santé publique 

Fréquente dans les pays développés, la DMLA est aujourd’hui la première cause de baisse sévère de la vision. On estime que 10% de la population industrialisé développera une DMLA dans les prochaines années.

En France, de nos jours, on recense plus de 1,5 millions de personnes dépistées pour une DMLA, et environ 500 000 non dépistées. Dans moins de 10 ans, ces chiffres seront multipliés par 3. Or seul un examen du fond d’œil permet de diagnostiquer cette maladie, et la vue perdue est définitive.
Il n’existe pas de dépistage précoce sans fond d’œil – qu’il soit dilaté ou non. L’unique solution est de rester vigilant, et de consulter tous les ans son ophtalmologiste pour vérifier l’état de sa macula

Les différents traitements de la DMLA : 

DMLA : Traitement anti-angiogénique
En cas de DMLA, un traitement anti-angiogénique permet d’inhiber la croissance des néovaisseaux choroïdiens, voire de faire régresser certains néovaisseaux débutants. Il permet dans la plupart une stabilisation des des lésions.
DMLA et photocoagulation laser
La photocoagulation au laser doit être réalisée en urgence avant que les lésions n’atteignent la zone centrale de la macula et que la baisse de la vision ne soit trop importante.
DMLA et photothérapie dynamique
La photothérapie dynamique est un traitement de la DMLA exsudative en présence de néovaisseaux qui, atteignent le centre de la macula et qui ne peuvent pas être traités par photocoagulation au laser.
Précédent
Suivant